©2019 by Semi Marathon des Olonnes. Proudly created with Wix.com

Le mesurage.

   

Comment se mesure officiellement le tracé d’une course hors stade homologuée par la FFA ?

Le mesurage d’un parcours de course hors stade s’effectue selon la méthode de la bicyclette étalonnée équipée d’un compteur Jones, et ce conformément aux recommandations de l’I.A.A.F. (International  Association of Athlétics Fédérations), l’instance internationale de l’athlétisme.

 

Dans un premier temps, une base idéalement de 500 mètres est constituée à l’aide d’un ruban d’arpenteur de 50 mètres à la température de 20°.Si la température est différente, le mesureur applique un facteur de correction thermique.

 

Une fois la base établie, le mesureur étalonne son vélo. Le compteur Jones, monté sur l’axe  de la roue du vélo, enregistre une impulsion environ tous les 5 cm. Le mesureur parcoure la base à quatre reprises, et calcule la moyenne de ses relevés. Il calcule alors la constante de pré-étalonnage qui lui indique combien d’unités compteur (uc) sont nécessaires pour une distance de 1.000 mètres.

 

Le parcours est ensuite mesuré par deux juges officiels de la FFA ; si le juge est seul, il doit effectuer deux fois la mesure..

 

Une fois le parcours mesuré, les mesureurs retournent sur la base afin d’étalonner de nouveau le vélo. En effet, une variation de la température peut avoir des effets sur la pression des pneus et donc modifier le nombre d’unités compteurs correspondant à la longueur de la base. Les mesureurs calculent donc une constante de post-étalonnage.

 

Les deux constantes (pré-étalonnage, post-étalonnage) sont ensuite moyennées afin d’obtenir la constante de mesurage. C’est elle qui est appliquée aux mesures des officiels et qui permet de transformer en distance le nombre d’unités compteur relevées pour effectuer la totalité du parcours.

 

Les mesureurs comparent alors leurs mesures, et retiennent la mesure la plus courte.

 

Ils ajustent alors le circuit à la longueur voulue, en proposant aux organisateurs des modifications.

 

Les kilomètres sont ensuite repérés sur le circuit avec des clous d’arpenteur. La position de ceux-ci est relevée par une triangulation (distance du clou par rapport à trois points fixes tels que lampadaires, angle d’un bâtiment, bouche d’égout, …).

 

Lors du mesurage, le parcours le plus court est emprunté par le mesureur ; ce qui implique de couper les virages sans pour cela interrompre la circulation. Pour cela, des signaleurs protège le mesureur pendant toute l’opération de mesurage.

 

Le mesurage du parcours doit se faire à chaque modification du tracé et au plus tous les cinq ans, même si le circuit n’a pas été modifié.

 

A titre d’information, le mesurage du parcours du SEMI-MARATHON DES OLONNES a commencé par un travail préparatoire du mesureur officiel, Bruno DAUNOIS, la veille, le mardi 1er octobre, de 15h00 à 18h00.

Le lendemain, mercredi 2 octobre, les opérations ont commencé à 6h00 avec l’étalonnage du compteur. Les dernières mesures et le repli du matériel se sont faits à 21h00. Journée longue mais conviviale.

 

Ce protocole long et rigoureux permet aux les coureurs d’être certains d’avoir effectué la distance annoncée, avec une erreur maximale d’un mètre par kilomètre.

 

Derrière Bruno DAUNOIS, le mesureur avec son vélo, de gauche à droite, Jean TRICHET qui a mené les réflexions préalables à l’établissement du tracé, Paul EVEILLE, Jean-Pierre DORN, Bernard ROUMILHAC et Jacques CHACUN.